Fraiche 宮島[Miyajima]

C’est avec l’air iodé remplissant nos poumons et la fraîcheur de la nuit collée au visage que nous avons passé le premier de l’an, dans le plus pur style japonais.

L’île de Miyajima se trouve à 130 km de Fukuyama (soit deux heures de train teuf-teuf et 10 min de ferry), et à 30 km au sud d’Hiroshima.
Notre plan initial était de profiter du chaleureux festival du feu Chinkasai dans la nuit noir, au pied du célèbre temple Itsukushima, de faire le décompte devant le torii, avec pourquoi pas une petite visite à l’intérieur, puis de nous balader en attendant le lever du soleil, la plus haute « colline » ne se trouvant qu’à deux heures de marche du port.

Vu que nous nous y sommes pris comme des manches pour cause de manque de motivation à quitter le foyer chauffé pour affronter le froid hivernal, lorsque nous sommes arrivés vers 19h30, l’île était quasiment déserte. De trace du festival il ne restait que quelques badauds avec à la main, fièrement, une torche de branchinettes… Magasins fermés, échoppes de foire sur le départ, pas de combini [petit magasin ouvert 24/24] à l’horizon… nous allons donc tenir jusqu’au matin avec deux onigiri, un espèce de toast au maïs et une brioche à la pomme. Ah, et l’absence d’éclairage nous force à abandonner l’idée d’arpenter les chemins jusqu’au sommet dominant…. qu’à cela ne tienne on est des warriors, autant finir 2011 en beauté !

Quelques photos touristiques auprès du Torii s’impose en premier lieu. La marée basse nous annonce que nous ne sommes pas totalement poisseux et nous sommes allés caresser les piliers centenaires où se mêlent anémones, coquillages et pièces de monnaie des Japonais superstitieux.

Et maintenant, tranquillement, l’attente.

En se baladant dans les rues désertes et non éclairées du village, nous découvrons entre deux maisons anciennes un long escalier de pierre. Ni une, ni deux, nous voilà partis à l’escalade, dépassant les toits, nous nous retrouvons devant un petit temple/sanctuaire entourés d’arbres. Un peu plus loin, un kiosque veillant sur le torii en contre-bas, peuplé de trois bancs, une table et quatre tabourets (come on, les Japonais ne sont pas si petits, pourquoi le tabouret ne m’arrive même pas au genou ?!). Il abritera les premières heures de notre nuit et nos premiers classements « tes trois meilleurs souvenirs de 2011 ? » « au moins dans le top 5 » « et les pires ? » « vraiment ? » « et les plus surprenants ? » « c’était pourtant pas l’envie qui manquait » …

Un tanuki blanc, comme un esprit.

Vers 23h, le froid et l’envie d’un peu de chaleur au creux du ventre nous fait repartir vers la lumière de la côte. Quelle ne fut pas notre surprise de voir le village animé et la gare du ferry déversée continuellement un flot de passagers. Tous se dirigeaient vers le temple.

Point Fashion
Pour un réveillon au grand air dans le sud du Japon, en tant que petite Française frileuse j’ai, à grand regret, renoncé à ma petite robe bleu pour me concentrer sur l’ensemble collant en laine sous jeans, deux tee-shirts, un bon pull, un gros manteau, bonnet, écharpe de laine et gants.
Top glamour quoi.
Les Japonaises sont moins aventurières que les Irlandaises, elles ont certes la mini-mini jupe… mais elles ont un petit blouson ! Ha ha petites joueuses.

Curieux, rafraîchis et affamés, nous nous sommes lancés à leur suite attrapant au passage de quoi nous sustenter. Alors, la nourriture de festival japonais, c’est très simple, tant que ça se met sur un bâton, c’est bon. Je me suis régaler d’une saucisse entouré de pâte à beignet sur un stick, Ruairi a dévoré une seiche braisée sur un bout de bois, puis je me suis attaquée à une pomme d’amour et à une banane au chocolat-fraise sur un bâtonnet bien sur. D’ailleurs les fruits dans le sucre fondu a l’air d’être un concept très apprécié au Japon : pomme d’amour de toutes les couleurs, mais aussi rondelle d’ananas d’amour, fraise d’amour ou encore grains de raisin d’amour !

Entre temps, la file de Japonais c’était immobilisée et nous nous sommes retrouvés à faire la queue, sans le vouloir, pour entrer dans le temple… Tout occupée que j’étais à surveiller ma nourriture sur bâton pour éviter que les daims « sauvages » ne viennent me la lécher, j’avoue que je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite…
Un échange de regards, après tout, nous ne fêtons pas le nouvel an au Japon souvent, autant y aller à fond.

A l’entrée du temple, avec des grands yeux ronds « grand dieu des étrangers », les heu appelons les moines nous ont remis une espèce de petite raquette de bois avec un dragon en effigie dessus… nous n’avons pas encore trouvé l’emploi de cet objet mais nous nous y employons toujours… appel à témoin!
Alors que nous nous trouvions dans le couloir en bois extérieur, face au torii, entourés de lampions tamisant l’ambiance, portable en mains, Ruairi et moi commencions le décompte en anglais, bientôt rejoint par la foule japonaise qui nous entoure.

D’après mes indics japonais, le nouvel an se fait généralement en famille, un bon gros repas devant des émissions débiles ponctue la soirée et vers minuit (ou le lendemain si jeunes enfants il y a) la première visite au temple se fait afin d’aller saluer les dieux et d’acheter moult amulettes et autres grigris.
Dans le doute, j’en ai acheté un « good fortune », sur un malentendu… Nous nous sommes aussi fait tirer la bonne aventure par une prêtresse en secouant un petit tonneau d’où sort une baguette avec un numéro dessus. Vu que nous n’arrivions pas à comprendre ce qu’il y avait marqué dessus, nous avons pris nos papiers en photos, ce qui a fait beaucoup rire les Japonais, et une âme charitable est venu nous prédire que nous allons tous les deux avoir de la chance cette année. Merci bien, monsieur. Pour que le sort fonctionne, nous devons attacher nos papiers sur une branche d’arbre, ou à défaut sur les rampes du temple. Nous nous sommes exécutés, on est jamais trop prudent. J’ai aussi acheté mon horoscope personnalisé, je suis donc de l’année du tigre du feu (wah!), le mois du dragon (oh yeah!), mais cette fois ci il n’y avait pas un mais deux papiers noirs de japonais… alors je le garde sur moi, je trouverai bien quelqu’un un jour pour me le traduire ^^

Vous l’aurez sûrement compris, 2012 est d’après l’horoscope chinois l’année du dragon d’eau. C’est apparemment une année favorable aux réussites des grands projets et aux personnes ambitieuses ! Go go les copains !
En ce qui concerne les relations avec votre signe personnel, j’ai trouvé ce tableau (source) ça vaut au moins l’horoscope Biba 😉

Rat Cette année convient au rat. Il fera de bonnes affaires et sera sans inquiétude.
Buffle Rassuré par le faste, il croira le bon temps revenu… Mais ce n’est qu’illusion… Qu’il travaille donc !
Tigre Il y trouvera aussi son compte. L’année du dragon a du panache. Il aime ça !
Lapin Considérera cette agitation avec amusement. Il restera chez lui et fera des affaires.
Dragon Heureux comme un poisson dans l’eau… C’est l’année de sa réussite.
Serpent Sa sagesse lui dit de ne pas s’inquiéter de ce remue-ménage. Tout est calme, tout va bien. La vie lui sourit…
Cheval L’année ne sera pas mauvaise pour le cheval. Il aime la parade… Il aura de grandes satisfactions.
Chèvre De bric et de broc, eue profitera de toute cette brillance et s’en trouvera bien…
Singe Comme il s’amuse!… Son rôle sera primordial car le dragon a toujours besoin de lui.
Coq Il pourra faire le joli coeur tout à son aise. Cette année lui convient. Qu’il se marie.
Chien Tout cela l’exaspère et lui paraît inutile. Il sera maussade. Il se tiendra à l’écart.
Cochon Persuadé qu’on peut vivre plus  » vrai « , le cochon trouvera refuge au milieu de ses amis. Ce faste l’ennuie. Il fera de bons repas et grossira.

Nous avons fini notre nuit perchés dans notre refuge entre micro sieste, bavardages et envoie de mails, afin de voir le premier jour de l’année se lever. Même s’il a fait bien froid, même s’il faisait un peu trop nuageux, même si nous avons eu de belles frayeurs à cause des animaux, même si je suis tombée en rade de batterie, et bien ce premier de l’an a été bien chouette.

2012, ne sera sûrement pas l’année de la loose !
(Mais de la ventouse ? De la pelouse ? De l’épouse ? De la blouse ? De la partouze ? Du flouse?) 😉

Sur ce, mes très chers amis, je vous souhaite à tous une excellente année du dragon d’eau !

Bien à vous,
Tif

Publicités

À propos de Sept Heures en Eté


4 responses to “Fraiche 宮島[Miyajima]

  • Vodka-Tagada

    Oh, copinette, on a beaucoup pensé à toi à Montpellier.
    C’est toujours un plaisir de te lire. Et puis, j’ai appris que j’étais un lièvre de feu. Oui oui oui… De là à dire « chaud lapin », il y a un pas que je ne franchirai pas !
    Bisettes

  • Orianou

    Très sympa ton nouvel an ! Si je te dis que chez nous il a fait environ 10 degré pour le nouvel an en France !!! Je regarderai tes photos du nouvel an quand le site sera ré ouvert 🙂

    bisous à vous deux

  • Maud

    Ouais bah un bout de viande enrobé dans de la brioche, le tout sur un « stick », ça existe aussi aux States ! Bonne année ma louloute (ps : ravie de savoir que je vais grossir en 2012).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s