おはよう (Ohayô – bonjour, le matin)

Ou plutôt こんにちは (konnichiwa – bonjour en après-midi), enfin bien qu’il soit bientôt le soir ici… Le décalage horaire n’est pas encore acquis de mon côté, j’ai dû mal à faire la part des choses, et mon arrivée au Japon n’a pas aidé mon corps et ma tête à savoir où étaient mes pieds.

Tout était bien rodé mercredi, le train de Saint Pierre nous a gentiment déposé à Charles de Gaules, et l’enregistrement de mon bagage (qui entre la première pesée dans ma chambre et celle du bureau d’enregistrement avait perdu un kilo et demi, le sport, y’a que ça de vrai) s’est très bien passé. J’ai même eu le temps de raccompagner ma mère à son train avant de me diriger vers ma porte d’embarquement.

Le premier vol Paris-Séoul s’est passé sans encombre. Je vais faire l’impasse sur mon incapacité à comprendre l’hôtesse de l’air coréenne qui s’acharnait à me demander, dans un anglais approximatif et alors que je venais de me réveiller, si je souhaitais mon bœuf à l’occidentale ou à la coréenne. Heureusement, mon voisin du bout était Français (et tenait le menu dans les mains).
J’avais la place à côté du hublot, ce qui est bien et beau en théorie ; et ce qui m’a permis de nouer contacte avec mes voisins en pratique (12h de vol et une faible capacité physiologique, je vous laisse imaginer). Mon voisin direct était Coréen (maman, c’était le mec à la crinière de lion qui dormait sur les sièges à côté de nous lorsque l’on attendait l’ouverture de l’enregistrement). Très sympa, il a eu pitié de moi devant mon air dépité et le plateau repas « boeuf-coréen » (mais laissez moi émerger, je viens de me réveiller!), et m’a gentiment expliqué comment le manger.

Sincèrement, entre le papotage, la musique, les rêveries par la fenêtre et les instants miracles dans les bras de Morphée, je n’ai pas vu le temps passer. Bon j’étais pas extra fraîche non plus, mais je suis arrivée confiante à Séoul, où j’avais cinq heures à tuer… sans un gramme d’argent coréen dans les poches.
L’aéroport de Séoul est vraiment sympa. J’ai eu l’occasion de passer deux bonnes heures dans le centre de découverte de la culture et des traditions coréennes, entourée de livres de voyages et de charmantes personnes habillées en costumes traditionnels et proposant des activités du pays ; du coup j’ai réalisé une petite boite à bijoux en papier coréen. Pour tromper l’ennuie (et éviter de m’endormir sur un siège, faute de réveil), je me suis promenée et ai eu le droit à un concert de musique classique et d’opéra. Y’a pas à dire, ils savent recevoir à Séoul. N’empêche que tout cela fonctionne plutôt bien, puisque si j’en ai l’occasion, je retournerai avec plaisir dans ce pays, pour cette fois sortir de l’aéroport et découvrir un peu plus de cette culture.

Jeudi, mon arrivée au Japon a été extraordinaire. De nuit, les villes vues du ciel ressemblent à des diamants, encadrées par l’encre noire de la mer. C’est vraiment très impressionnant… et tellement excitant.
Le retard de l’avion, ajouté au temps passé aux bureaux de l’immigration (et avec mon Japonais rouillé), aux tapis roulants pour repérer ma valise et enfin à la douane (et oui, chanceuse comme je suis, je me suis fait fouiller) nous ont fait, à Ruairi et à moi, rater le dernier shinkansen (TGV japonais). Prochain train à 6h et il est… 23h. Pas froid aux yeux, jeunes et aventureux, nous avons passés nos retrouvailles aux portes de la gare à discuter, en compagnie de mes bagages et des bento (boite à casse-croûte généralement pour le déjeuner) achetés plus tôt.

La gare est à Osaka même, nous avons alors dû prendre un train de l’aéroport au centre ville. Un peu comme des bleus, nous sommes montés dans le train express alors que nos billets étaient pour le train normal. Loin de se faire majorer par le contrôleur, ce dernier nous a simplement demandé de payer la différence. C’est apparemment, monnaie courante au Japon. Il en va de même si vous faites finalement un trajet plus court que prévu, vous pouvez vous faire rembourser uniquement sur votre bonne foi.
Les barrières de contrôle, où vous faites valider vos tickets pour avoir accès aux quais, sont « ridicules ». Elles sont simplement composées de deux ‘portinettes’ que même un enfant de deux ans peut enjamber sans problème. Je pense que cela a été mon premier « choc culturel ». Le respect de l’autorité, mais aussi de l’autre est une valeur ancrée au Japon. Je me demande même s’il existe un mot dans la langue pour resquiller, gruger ou encore voler. La confiance que l’on accorde aux autres est vraiment impressionnante et donne envie d’en faire autant. Combien de Japonais possèdent un antivol sur leur vélo ? La réponse ferait frissonner toutes personnes de bon sens françaises.
C’est très agréable de ne pas avoir à se méfier continuellement de son voisin.

Vendredi donc, après une nuit blanche, j’ai découvert l’appartement qui va m’accueillir durant les douze prochains mois. Après mettre un peu installée, je suis allée faire un tour dans la ville, et plus particulièrement au temple de Fukuyama (vous pouvez d’ailleurs voir quelques photos dans la galerie).
Mon weekend a été partagé entre petites promenades, siestes, découverte du voisinage et enquêtes de supermarché pour savoir si ce que je tiens dans les mains est un shampoing à la pêche, du détergeant pour les toilettes ou un coulis à la banane… et bien croyez moi, ça n’a pas toujours l’air évident (mais cela est une autre histoire 😉 ).

Aujourd’hui, je reprends un peu mes esprits et découvre de manière gourmande ce pays surprenant. J’ai eu quelques fous-rires, parfois partagés mais souvent uniques, différences culturelles en action. Il est dur d’expliquer ce qui chatouille mon esprit à un Irlandais qui vit ici depuis plus de trois mois, et encore plus aux Japonais qui me dévisagent. Qu’importe =)

Il fait beau ici, et lorsque Ruairi est au travail, je me balade tranquillement à bicyclette (je dis tranquillement, mais il faut comprendre ‘je me perds alors je n’ai pas le choix, je visite’ ^^). Fukuyama a une magnifique bibliothèque avec une section de livres en langues étrangères, principalement anglaise mais aussi … portugaise ! Je vous parlerais de cette ville accueillante dans mon prochain post, lorsque je la connaîtrais un peu plus.

La vie est douce ici, j’ai ressorti mes affaires d’été et nos doigts démangent d’appuyer sur le bouton ‘marche’ de l’air conditionnée.
J’espère que tout va pour le mieux de votre côté.
Bien à vous,
Tif

Ps : Je dors avec mon tee-shirt « I ❤ Paris » ce qui fait que tous les matins j’ai l’air d’une grosse beauf, et j’ai une petite pensée pour vous.

Publicités

À propos de Sept Heures en Eté


7 responses to “おはよう (Ohayô – bonjour, le matin)

  • Anonyme

    Coucou ma Tifenn! Je viens découvrir le début de tes aventures avec plaisir! Je suis super contente que tout se passe bien pour toi! Et je t’envie aussi car cela doit être une expérience vraiment hallucinante! Je t’embrasse fort, et te dis à bientôt! José

  • Nyny

    こんばんは (de chez nous puisque c’est le soir) ^^
    Rassuré que ton voyage c’est bien passé et que déjà l’aventure commence.
    Tu me fais un topo des lieux pour quand jviendrais :p
    Gros bizoux j’attends le prochain épisode avec impatiente c’est beaucoup mieux que « plus belle la vie »…

    じゃね

  • mélie

    Je t’envie la température ! Ici, on a ressorti les manteaux d’hiver, et on joue à « qui claque des dents le plus fort ?! ».
    (Mais je me moque pour le décalage horaire :p)
    Enjoy 🙂

    • Sept Heures en Eté

      J’avoues ( 😉 ) je ne me moquerais plus des personnes qui souffrent du décalage horaire ^^
      La température a chuté d’un coup, on a du perdre 10° fu jour au lendemain, et j’ai gagné une petite rhino, la classe quoi.
      Bisouxxx

  • Julie

    « J’ai l’air d’une grosse beauf, et j’ai une petite pensée pour vous »… Oui ok le Japon c’est passionnant mais c’est pas ce que j’ai retenu de ton article !! 😉
    En tout cas je vois que le début de ton séjour se passe bien et que tu prends plaisir à tout découvrir autour de toi, c’est l’essentiel :). Bon je vais voir les photos !

    Bisous
    Julie Janken

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s